Les textes dans l’exposition

Posté sur linkedin l’article Faut-il lire les textes d’exposition ? de Daniel Jacobi, à propos de la place des textes dans l’exposition.

En introduction « l’écrit joue un rôle primordial dans la conception et l’appropriation du discours d’exposition » ; il remplit les trois fonctions de  » signaler (créer une signalétique), étiqueter (apposer des étiquettes ou cartels), commenter (ajouter des panneaux) « . Cet article présente le mérite (rare) d’expliquer en quoi le rôle du rédacteur-trice de textes d’exposition est fondamental.

Tweetrevue : numérique et papier, le luxe du choix

Suite à un tweet, je découvre dans cet article de Jean-Noël Lafargue une comparaison entre la lecture papier et la lecture en numérique.

[Blog] à propos de la lecture sur support électronique http://t.co/Wto7a6eMNB
— Jean-noël Lafargue (@Jean_no) 26 Août 2014

D’où mon interrogation sur mon usage de la tablette (ouvrages sans DRM uniquement, pages web envoyées par « Send to Kindle », notamment les textes publiés sur nerval.fr, et textes persos pour les relire et les annoter à tête reposée : sans clavier, meilleure concentration pour la lecture) et la mémorisation des livres lus (plus facile quand ils sont en papier et que je les range dans ma bibliothèque). Il va falloir trouver un moyen de retenir les livres lus en numérique (se focaliser sur la première de couverture ? multiplier le classement par dossiers ?)

Internet le mal aimé

En préparation d’un article sur « Sade attaquer le soleil », la future exposition au Musée d’Orsay , je découvre une vidéo interview de la commissaire d’Annie Le brun et un article. Et encore une méfiance envers le numérique, les réseaux sociaux (RSN) et internet. La fracture numérique n’est pas toujours là où on l’imagine.
Continuer la lecture de Internet le mal aimé

Périple : J12-J13-J14, villes touristiques

Découverte de villes du sud : Narbonne, Arles, Sainte-Marie-de-la-Mer, le Grau-du-roi, Cap-d’Agde, Sète, Aigues-Mortes.

Et la jeunesse continue à poster ses photographies sur instagram. Je n’y vais jamais, l’impression que chacune a choisi son réseau social (pour moi, twitter) et donc à chacune son espace personnel.
Et souvenir qu’à son âge nous n’avions pas de téléphone portable, d’ordinateur ni à la maison ni même en bibliothèque. A cette époque, nous vivions dans un monde restreint : la famille et les amis proches. Le numérique a ouvert les frontières, ainsi il permet maintenant à certains et certaines de s’évader (merci la sérendipité), de s’affranchir des distances géographiques et de choisir de façon autonome avec qui faire du lien. Et puis aussi, à cette époque les enfants n’envoyaient pas de SMS à leurs parents. Aujourd’hui, il nous faut apprendre à vivre ensemble avec ces nouveaux outils et s’inventer d’autres communications entre générations. Il nous faut inventer un présent sans recours possible au passé.

Roy Lichenstein au Centre Pompidou

Comment allier participation des visiteurs et petits budgets ? un article paru sur le blog culture.com A partir d’une nouvelle expérience au Centre Pompidou à partir de l’exposition roy Lichtenstein.
Un nouvel exemple de l’utilisation du numérique et l’appel à la créativité des visiteurs. Je reste toujours sceptique devant les concours. Le plus important, me semble-t-il, est la participation et la sensation de faire partie d’une communauté d’amateurs. Pourquoi mettre de la compétition ?

Qui juge ? Les propositions créatives et innovantes ne sont pas toujours remarquées et plébiscitées. Sans doute une peur du jugement