Forme et informe, à préparer

En préparation d’une conférence pour Détour des Mondes, à propos de « forme et informe dans l’art contemporain et son exposition », à partir de quelques expositions en tête :

L’informe : mode d’emploi, centre Pompidou (1996), commissaires : Rosalind Krauss et Yve-Alain Bois

• Quand les attitudes deviennent forme, Kunsthalle Berne (1969), commissaire : Harald Szeemann
Archives de la rts

Photographie : “A 36” X 36” REMOVAL TO THE LATHING OR SUPPORT WALL OF PLASTER OR WALLBOARD FROM A WALL,” 1968. LANGUAGE + THE MATERIALS REFERRED TO. Weiner constructing the work for When Attitudes Become Form, Kunsthalle Bern, Switzerland, 1969. Photo: Shunk-Kender.

« Qu’attendons-nous des expositions ? », un atelier-colloque EnsadLab

Présentation par le groupe de recherche EnsadLab Displays : Versions est un premier atelier-colloque international de pratique, discussion et critique pour expérimenter et discuter des formes d’exposition, du 5 au 16 septembre à la Maison Populaire de Montreuil.
Photographie : Thierry Fournier & Laura Gozlan

Venue participer aux deux journées ouvertes de discussion publique pour échanger avec les participant·e·s sur la question « Qu’attendons-nous des expositions ? », notamment dans le contexte des cultures post-numériques ?

Ces rencontres font suite à un article publié dans la revue en ligne Proteus Recherche par l’exposition et condition post-numérique par Thierry Fournier, J. Emil Sennewald et Pauline Gourlet. Une publication des actes du colloque est prévue pour janvier 2017.
Continuer la lecture de « Qu’attendons-nous des expositions ? », un atelier-colloque EnsadLab

Klee à Beaubourg

Présentation du Centre Pompidou : l’exposition Paul Klee, L’ironie à l’œuvre se déploie en sept sections thématiques qui mettent en lumière chaque étape de l’évolution artistique de Paul Klee : les débuts satiriques ; Cubisme ; Théâtre mécanique (à l’unisson avec Dada et le surréalisme) ; Constructivisme (les années au Bauhaus de Dessau) ; Regards en arrière (les années 1930) ; Picasso (la réception par Klee après la rétrospective de Picasso à Zurich en 1932) ; Années de crise (entre la politique nazie, la guerre et la maladie).

Un plaisir de voir/revoir les œuvres et de se replonger dans l’humour du peintre. Par contre, le parcours d’exposition très classique (de salle en salle) n’engage pas à une mémorisation des toiles. A se demander comment l’expérience de visite inclut une expérience de l’espace d’exposition ?

Pour aller plus loin dans la trajectoire du peintre, se souvenir du journal de ses débuts (jusqu’en 1917), publié en 1957 (dix-sept ans après sa mort) :

Journal de la vie du peintre jusqu'en 1917, publié en 1957

Photographie : © Berne, Zentrum Paul Klee © Domaine public

Piges : trois articles en préparation

A rendre pour le 2 décembre, numéro 12 du Magazine des Arts :

Exposition Oulipo, la littérature en jeu(x) à la bibliothèque de l’Arsenal :

Présentation de la BnF : L’exposition vise à faire découvrir l’histoire de ce groupe à la fois ancien et toujours actif, en pénétrant les arcanes du fonctionnement collectif et en observant les étapes d’une création aux contours multiples ‒ que des dispositifs interactifs permettront d’expérimenter.

Le fonds Hélène&Edouard Leclerc pour la culture, à Landerneau

L’imagerie, à Lannion

Internet le mal aimé

En préparation d’un article sur « Sade attaquer le soleil », la future exposition au Musée d’Orsay , je découvre une vidéo interview de la commissaire d’Annie Le brun et un article. Et encore une méfiance envers le numérique, les réseaux sociaux (RSN) et internet. La fracture numérique n’est pas toujours là où on l’imagine.
Continuer la lecture de Internet le mal aimé

Périple : J18, Strasbourg la nuit

Départ de Lyon pour Strasbourg. Un peu inquiète par le nombre de kilomètres, habituée aux petits sauts de puce depuis le début de ce périple. En fait, un beau trajet en voiture : les touristes étrangers qui rentrent (hollandais, allemands, suisses, luxembourgeois) croisés dans les stations service, vue des Vosges et des ballons. Et arrivée à Strasbourg et prise en charge par un local qui nous fait visiter la ville la nuit. Perte des repères. Nombreux touristes et autochtones venus admirer les illuminations.