Pas habituée à être autant retweetée

Avant tout questionnement sur ce qui a pu attirer et en conséquence interrogation sur nos rapports à l’exposition et aux institutions culturelles.

Un #Nepas etc (et tt devient presque possible) au @mbalyon pic.twitter.com/PYPZadM1LW
— aurore soares (@ausnum) 8 Août 2014

Tout d’abord, questionnement sur le texte du tweet (car l’image n’est pas toujours vue : sur twitter, tout dépend de l’appli) : est-ce le « tout devient presque possible » qui a tenté ? Et ensuite reconnaître que ce #Nepas (voir aussi #Ne pas > musées + limites sur pinterest), graphiquement assez efficace, révèle les interdictions avec humour. De ce tweet, quelques questions à creuser, en lien avec les missions du muséographe.
Alors, quelles libertés attendons-nous lors d’une visite au musée ? L’espace de l’exposition serait-il autonome, un espace de liberté avec ses contraintes ? Au point que les visiteurs espèrent y vivre de nouvelles expériences, impossibles dans la vie hors du musée ? (voir notamment le développement de museomix : trois jours dans un musée, à revisiter les procédés de médiation afin de découvrir autrement, le tout organisé pour des amateurs, même si aussi la présence de professionnels. Slogan « people make museums »). Quels sont les rapports des visiteurs au musée ? Les mêmes pour un musée d’art et un musée de sciences et société ?
A noter toutefois que le #Nepas courir a donné lieu à une performance au musée du Louvre (? en fait je ne me souviens plus du nom de l’artiste). D’où l’importance de la pratique artiste dans les musées, quand les artistes déplacent nos rapports à l’exposition, aux oeuvres impressionnantes, et désacralisent.

Publié par

admin_aus

This information box about the author only appears if the author has biographical information. Otherwise there is not author box shown. Follow YOOtheme on Twitter or read the blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *