Rencontres Médiation & Numérique 2016

Les Rencontres « médiation & numérique dans les équipements culturels » ont été organisées par le Ministère de la culture et de la communication (Secrétariat général / Service de la coordination des politiques culturelles et de l’innovation) en partenariat avec les Archives Nationales.
Présentation : Cette sixième édition demeure fidèle aux objectifs des éditions précédentes, tout en mettant notamment l’accent sur les publics éloignés et empêchés et en revenant de manière plus marquée sur l’un des fondamentaux des rencontres « culture numérique » : confronter et partager les expériences entre équipements de secteurs culturels différents en matière d’appropriation et d’usage du numérique dans leurs politiques des publics.

Cette année, les Rencontres ont eu lieu dans le très beau site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives Nationales, à deux pas de l’université Paris 8 de Saint-Denis.

Deux jours durant lesquels j’ai assisté notamment aux présentations de la nouvelle école de la médiation scientifique (Estim), de nouveaux dispositifs de médiation (dont le regard explorateur au Musée du Louvre), du nouveau site de la Bibliothèque Nationale autour des métiers, des réalisations et des savoir-faire de la construction (Passerelles)  et à une session dédiée aux Fablabs dans les équipements culturels.

Et sinon possibilité de visionner les restitutions.

Revue POLI 12 « les coulisses du musée »

Présentation de la Revue POLI : Si les dernières décennies de recherche sur les publics des musées ont permis de préciser la variété de leurs usages et de leurs motivations, qu’en est-il des espaces qu’ils investissent et des professionnel-le-s qui les ont conçus ?

Venue assister à la Librairie Galerie Le Monte-en-l’air au lancement du numéro 12 de la revue POLI, dans le but de l’acheter et d’échanger avec des collègues du réseau Muzeonum.

Dans ce numéro – sous la direction de Marion Coville, Noémie Couillard et Karine Schlageter – plusieurs articles sur les publics et les stratégies de médiation adoptées, ainsi que la traduction de l’article du sociologue Tony Bennett Le dispositif expositionnaire.

Paulin à Beaubourg

Présentation du Centre Pompidou : Designer, architecte d’intérieur, créateur, Pierre Paulin sculpte l’espace, l’aménage, le « paysage ». Ses environnements, ses meubles, ses objets industriels, se mettent au service du corps. Avec plus de soixante-dix pièces de mobilier et une cinquantaine de dessins inédits, l’exposition consacrée par le Centre Pompidou à Pierre Paulin propose une traversée de tout l’oeuvre du designer et de quarante années de création.

à l’espace 305

Personna au Quai Branly

Présentation du Quai Branly : Comment l’inanimé devient-il animé ? Comment l’homme instaure-t-il une relation insolite ou intime avec des objets ? Un groupe d’anthropologues s’est penché sur ces questions, à l’heure où notre conception de l’humain vacille et que ses frontières ne cessent d’être repoussées.

Très envie d’aller découvrir cette exposition.
Et quelques photos souvenirs à découvrir… Continuer la lecture de Personna au Quai Branly

Livre lu : Terminus radieux, Antoine Volodine

Présentation de l‘éditeur : Des siècles après la fin de l’Homme Rouge, dans une Sibérie rendue inhabitable par les accidents nucléaires, des morts-vivants, des princesses et des corbeaux s’obstinent à poursuivre le rêve soviétique.

Livre de noël. Sorti depuis quelques mois, prix Médicis. Parce qu’aimer patienter, faire vivre le livre après les quelques semaines promotionnelles, pour sortir d’une littérature événementielle.
Pour aller plus loin, une présentation de l’auteur par François Bon sur Tiers Livre

Sobriété et salon de l’Autre Livre

Passage au Salon de l’Autre Livre et (re)découverte de la maison d’édition Le passager clandestin et sa collection Les Précurseurs de la décroissance qui comprend douze titres, dont Diogène et les cyniques ou la liberté dans la vie simple ; André Gorz, pour une pensée de l’écosocialisme ; Lao-tseu et les taoïstes ou la recherche d’une vie harmonieuse ; Charles Fourier ou la pensée en contre-marche.
Belle première de couverture, format agréable (110×170 mm), petit prix (8 euros).
Continuer la lecture de Sobriété et salon de l’Autre Livre

Livre lu : Elles en chambre, Juliette Mézenc

Présentation des Editions de l’attente : Entre essai et poésie, une continuation, près d’un siècle plus tard, de la réflexion conduite par Virginia Woolf dans son essai « Une chambre à soi », sous la forme d’une visite guidée des chambres de femmes écrivains. Chambres d’écriture imaginées sous la surface, dans des régions dissimulées au regard, obscures, maintenues à part d’un quotidien souvent mené de front. Ou comment allier espace intime et contraintes matérielles d’une façon infiniment subtile pour ménager sa liberté intellectuelle.

Livre reçu dans ma boîte aux lettres, heureuse coïncidence après la lecture récente de Trois Guinées de Virginia Woolf. L’occasion aussi de retrouver le travail de l’auteure, après avoir assisté à deux « lectures performées » : lors de la performance à Beaubourg en septembre 2013 dans le cadre de la manifestation Chercher le texte et lors des Pecha Kucha durant le Rendez-vous des Lettres 2012 « écrire web » ou comment s’invente la littérature aujourd’hui (vidéos aussi archivées sur le site de la bnf)

Juliette Mézenc sur internet : site [mots maquis] et twitter @juliettemezenc

Livre lu : trois guinées, Virginia Woolf

Présentation des éditions publie.net : « C’est la fin de six années de tâtonnements », écrit Virginia Woolf dans son Journal en juin 1938, « d’efforts, de beaucoup d’angoisses, de quelques extases. » Trois ans avant son suicide, dix ans après l’écriture d’Une pièce à soi, paraît Trois guinées, qui prolonge la réflexion entamée précédemment sur la place accordée aux femmes dans la société et dans la sphère intellectuelle, l’équilibre entre les sexes, la domination masculine.

97823717102529782814596641

 

Souvenirs d’il y a très très longtemps. La couverture était bleue (dans ma mémoire, mais impossible vérification car absence des ouvrages dans la bibliothèque) et le papier plutôt épais. Souvenirs aussi de l’étonnement à lecture des Vagues, texte si loin des obligations lycéennes.