Forme et informe, à préparer

En préparation d’une conférence pour Détour des Mondes, à propos de « forme et informe dans l’art contemporain et son exposition », à partir de quelques expositions en tête :

L’informe : mode d’emploi, centre Pompidou (1996), commissaires : Rosalind Krauss et Yve-Alain Bois

• Quand les attitudes deviennent forme, Kunsthalle Berne (1969), commissaire : Harald Szeemann
Archives de la rts

Photographie : “A 36” X 36” REMOVAL TO THE LATHING OR SUPPORT WALL OF PLASTER OR WALLBOARD FROM A WALL,” 1968. LANGUAGE + THE MATERIALS REFERRED TO. Weiner constructing the work for When Attitudes Become Form, Kunsthalle Bern, Switzerland, 1969. Photo: Shunk-Kender.

« Qu’attendons-nous des expositions ? », un atelier-colloque EnsadLab

Présentation par le groupe de recherche EnsadLab Displays : Versions est un premier atelier-colloque international de pratique, discussion et critique pour expérimenter et discuter des formes d’exposition, du 5 au 16 septembre à la Maison Populaire de Montreuil.
Photographie : Thierry Fournier & Laura Gozlan

Venue participer aux deux journées ouvertes de discussion publique pour échanger avec les participant·e·s sur la question « Qu’attendons-nous des expositions ? », notamment dans le contexte des cultures post-numériques ?

Ces rencontres font suite à un article publié dans la revue en ligne Proteus Recherche par l’exposition et condition post-numérique par Thierry Fournier, J. Emil Sennewald et Pauline Gourlet. Une publication des actes du colloque est prévue pour janvier 2017.
Continuer la lecture de « Qu’attendons-nous des expositions ? », un atelier-colloque EnsadLab

Piges : trois articles en préparation

A rendre pour le 2 décembre, numéro 12 du Magazine des Arts :

Exposition Oulipo, la littérature en jeu(x) à la bibliothèque de l’Arsenal :

Présentation de la BnF : L’exposition vise à faire découvrir l’histoire de ce groupe à la fois ancien et toujours actif, en pénétrant les arcanes du fonctionnement collectif et en observant les étapes d’une création aux contours multiples ‒ que des dispositifs interactifs permettront d’expérimenter.

Le fonds Hélène&Edouard Leclerc pour la culture, à Landerneau

L’imagerie, à Lannion

Périple : J21, le FRAC Lorraine

Retour au quotidien, mais avant un passage par le FRAC Lorraine 49 Nord 6 Est.  Institution remarquée (parmi les autres FRAC de France) lors d’une rencontre organisée à la Fondation d’Entreprise Paul Ricard entre Béatrice Josse, directrice dudit FRAC, et Boris Charmatz, directeur du musée de la danse à Rennes, sur le thème « collectionner un geste ».
Continuer la lecture de Périple : J21, le FRAC Lorraine

Périple : J11, La Panacée à Montpellier

Visite du centre historique de Montpellier, puis passage devant la faculté de médecine (première de France), ensuite, à deux pas, devant l’ENSAD et, pour finir, visite de la Panacée.

La Panacée, centre de culture contemporaine, lieu découvert à travers trois expositions : Textopoly, téléphone, Roberto Martinez. Et un intérêt porté à ce lieu du fait de ses intentions : (extraits du site)

« La Panacée va privilégier le travail autour de trois grandes disciplines et de leurs interactions :

  • Arts visuels : photographie, art vidéo, arts plastiques, cinéma, design, BD, graphisme…
  • Numérique : techniques de communication numérique, réseaux sociaux, blogs…
  • Nouvelles écritures : twitter, blog, SMS, facebook…) .

Elle se propose donc d’explorer et de présenter les recherches artistiques qui ont en commun d’interroger nos perceptions d’un monde en mutation :

  • Les environnements technologiques et la manière dont elles transforment les pratiques artistiques et nos manières de percevoir et de penser.
  • Les mutations des matérialités de l’écrit. L’enjeu est d’accompagner des projets d’écriture sur les nouveaux supports de l’écrit favorisant le croisement entre auteurs et artistes de différentes disciplines.
  • L’interrogation du système des arts. Dans le cadre des expositions monographiques ou collectives, La Panacée fera appel à des artistes et commissaires français et étrangers qui interrogent de manière critique le système des arts : notion d’auteur et de propriété, notion d’exposition et de visite…
  • L’ouverture à des scènes artistiques d’ailleurs, en pleine effervescence, pour créer sur une base de coopération décentralisée des liens entre artistes étrangers et artistes du territoire. »

L’auteure hétéroclite en profite pour faire une photo pour #leséponges

Périple : J8, le Centre des Livres d’Artistes

Repéré depuis l’expérience de Pisse of Art, le centre des livres d’artistes situé à Saint-Yrieix-la-Perche méritait une visite.
Il est important de noter que les livres d’artistes disposent d’une définition précise et d’une histoire, relatée en partie par le cdla et pour plus de détails lire les ouvrages de Anne Moeglin-Delcroix édités aux Editions Le mot et le reste

Extraits du site :

  • Le Centre des livres d’artistes (cdla), situé dans le centre historique de la ville, occupe bâtiment d’une superficie totale de 450 m2, qui comprend trois salles d’exposition (150 m2 au premier étage), une salle pour la diffusion de vidéos et de documents sonores, une salle de conservation de la collection, une salle pour les activités pédagogiques et des bureaux.

Grande chance de découvrir une exposition dédiée à Claude Rutault. (voir aussi exposition au Centre National de l’Estampe et l’Art Imprimé, le CNEAI : )

Occasion aussi pour l’auteure hétéroclite de revenir sur les traces de Pisse of Art (voir l’album de l’expérience et la lettre envoyée au cdla)  et de tester un possible hébergement pour #leséponges

Périple: J7, le château de Rochechouart

Départ du Marais Poitevin pour la région du Périgord avec sur le trajet une visite du musée départemental d’art contemporain de Rochechouart, reconnu « Musée de France », à quelques kilomètres de Limoges.

Extraits du site :

  • Avec des commandes passées à des artistes internationaux (Giuseppe Pennone, Richard Long), le Musée s’est singularisé par un dialogue permanent entre la création contemporaine et un patrimoine historique, celui du château de Rochechouart qui l’accueille. Au fil des années, le Musée a constitué une collection remarquable qui compte aujourd’hui plus de 250 œuvres, complétée par le fonds d’œuvres et d’archives de Raoul Hausmann. 
  • Le Musée bénéficie de plus de 1500 m2 d’espaces d’exposition, selon une typologie qui va du « white-cube » classique à des espaces historiquement marqués comme la tour ou la grande salle sous charpente du grenier.
  • Chaque année, le Musée propose des expositions thématiques ou monographiques dans lesquelles des artistes contemporains sont invités à concevoir des œuvres spécifiques.

Exposition temporaire de , une oeuvre déjà vue à la Maison Rouge lors de l’exposition Winnipeg.

    Périple : J3, le château d’Oiron

    Fin du séjour breton et avant d’atteindre le Marais Poitevin passage par un nouveau site patrimonial : le château d’Oiron, géré par le Centre des Monuments Nationaux.
    Il fait très chaud, nous n’aurons pas la possibilité de visiter les jardins. Il faudra donc revenir.

    Nous continuons le voyage pour arriver dans le Marais Poitevin, à quelques kilomètres de Damvix.

    Périple : J2, le domaine de Kerguéhennec

    Le périple de vacances s’organise autour de visites de centres d’art contemporain, parfois éloignés de grandes voies de circulation. Avec la question : qui vient ? quelles médiations ?
    Aujourd’hui le domaine de Kerguéhennec à une vingtaine de kilomètres de Vannes en pleine campagne bretonne.
    Extraits du site

    • Situé sur la commune de Bignan, le Domaine de Kerguéhennec, acquis par le Département du Morbihan en 1972, est classé au titre des Monuments historiques en 1988. Labellisé « Centre culturel de rencontre », il propose une rencontre entre patrimoine et création contemporaine.
    • Le parc du Domaine de Kerguéhennec est un lieu de référence en matière de présentation de la sculpture contemporaine. Créé à partir de 1986 à l’initiative du Ministère de la culture, de la Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne et du Fonds régional d’art contemporain de Bretagne (Frac), le parc de sculptures compte parmi les plus importants d’Europe. Il réunit plus d’une vingtaine d’œuvres d’artistes majeurs.
    • La programmation artistique du Domaine de Kerguéhennec s’attache au dialogue entre art, architecture et paysage. L’articulation entre patrimoine et création est au cœur du projet culturel.