Les textes dans l’exposition

Posté sur linkedin l’article Faut-il lire les textes d’exposition ? de Daniel Jacobi, à propos de la place des textes dans l’exposition.

En introduction « l’écrit joue un rôle primordial dans la conception et l’appropriation du discours d’exposition » ; il remplit les trois fonctions de  » signaler (créer une signalétique), étiqueter (apposer des étiquettes ou cartels), commenter (ajouter des panneaux) « . Cet article présente le mérite (rare) d’expliquer en quoi le rôle du rédacteur-trice de textes d’exposition est fondamental.

Forme et informe, à préparer

En préparation d’une conférence pour Détour des Mondes, à propos de « forme et informe dans l’art contemporain et son exposition », à partir de quelques expositions en tête :

L’informe : mode d’emploi, centre Pompidou (1996), commissaires : Rosalind Krauss et Yve-Alain Bois

• Quand les attitudes deviennent forme, Kunsthalle Berne (1969), commissaire : Harald Szeemann
Archives de la rts

Photographie : “A 36” X 36” REMOVAL TO THE LATHING OR SUPPORT WALL OF PLASTER OR WALLBOARD FROM A WALL,” 1968. LANGUAGE + THE MATERIALS REFERRED TO. Weiner constructing the work for When Attitudes Become Form, Kunsthalle Bern, Switzerland, 1969. Photo: Shunk-Kender.

« Qu’attendons-nous des expositions ? », un atelier-colloque EnsadLab

Présentation par le groupe de recherche EnsadLab Displays : Versions est un premier atelier-colloque international de pratique, discussion et critique pour expérimenter et discuter des formes d’exposition, du 5 au 16 septembre à la Maison Populaire de Montreuil.
Photographie : Thierry Fournier & Laura Gozlan

Venue participer aux deux journées ouvertes de discussion publique pour échanger avec les participant·e·s sur la question « Qu’attendons-nous des expositions ? », notamment dans le contexte des cultures post-numériques ?

Ces rencontres font suite à un article publié dans la revue en ligne Proteus Recherche par l’exposition et condition post-numérique par Thierry Fournier, J. Emil Sennewald et Pauline Gourlet. Une publication des actes du colloque est prévue pour janvier 2017.
Continuer la lecture de « Qu’attendons-nous des expositions ? », un atelier-colloque EnsadLab

La culture en réseau, la culture du réseau

Rencontre organisée par le réseau News tank culture sur le thème « L’Innovation dans le pilotage de la Culture », le mardi 6 septembre à l’Université Paris-Dauphine.

Après avoir exploré de nombreux réseaux professionnels, aucun trouvé dédié à la Culture jusqu’à la création de News tank culture. D’où une curiosité… A quelques mois des présidentielles, que dit le réseau de la place de la Culture ?

Photographie : Norlando Pobre, Flickr

Livre lu : Les Saisons, Maurice Pons

Présentation de Christian Bourgois Editeur : Depuis près de trente ans. les lecteurs des Saisons forment une sorte de confrérie d’initiés. Ils partagent un même univers,  » plaqué  » sur le nôtre comme l’or – ou la suie ; ils utilisent le même langage, les mêmes images de référence ; ils se connaissent et se reconnaissent entre eux, un peu comme les lecteurs de Malcolm Lowry ou de Julio Cortazar.

En vacances. Et renouer avec le roman.

Libres lus : des classiques tardivement

Avec le temps des vacances, une envie de lire des livres très très connus et pourtant pas encore lus et pourtant dans la bibliothèque… La rencontre avec un livre peut prendre des années. Le temps de plusieurs « première de couverture ».

Le meilleur des mondes (Brave New World, 1932), Aldous huxley, tr.fr. Jules Castier

Sa majesté des mouches (Lord of the Flies, 1954), William Golding, tr.fr. Lola Tranec

1984 (Nineteen Eighty-Four, 1949), Georges Orwell, tr. fr. Amélie Audiberti
1984-folio1984-folio21984-folio3

 

Klee à Beaubourg

Présentation du Centre Pompidou : l’exposition Paul Klee, L’ironie à l’œuvre se déploie en sept sections thématiques qui mettent en lumière chaque étape de l’évolution artistique de Paul Klee : les débuts satiriques ; Cubisme ; Théâtre mécanique (à l’unisson avec Dada et le surréalisme) ; Constructivisme (les années au Bauhaus de Dessau) ; Regards en arrière (les années 1930) ; Picasso (la réception par Klee après la rétrospective de Picasso à Zurich en 1932) ; Années de crise (entre la politique nazie, la guerre et la maladie).

Un plaisir de voir/revoir les œuvres et de se replonger dans l’humour du peintre. Par contre, le parcours d’exposition très classique (de salle en salle) n’engage pas à une mémorisation des toiles. A se demander comment l’expérience de visite inclut une expérience de l’espace d’exposition ?

Pour aller plus loin dans la trajectoire du peintre, se souvenir du journal de ses débuts (jusqu’en 1917), publié en 1957 (dix-sept ans après sa mort) :

Journal de la vie du peintre jusqu'en 1917, publié en 1957

Photographie : © Berne, Zentrum Paul Klee © Domaine public

Livre lu : Surveillances, livre collectif

Présentation de l’éditeur : Fut un temps où la sauvegarde de nos vies (sauvegarde au sens informatique qu’on lui prête aujourd’hui) était l’apanage des artistes, et notamment des écrivains. Mais, à l’heure de la surveillance de masse, des réseaux sociaux et des algorithmes invasifs, si nos vies sont suivies en temps réel, serons-nous encore capables de les écrire ?

Un livre acheté au marché de la poésie. L’occasion d’un croisement entre publie.net et la quadrature du net, et donc l’occasion d’aborder le thème contemporain et même très actuel de la surveillance via la littérature. Puis de venir assister à une rencontre-lecture organisée chez Ent’revues.

Auteur-e-s : Noémi Lefebvre, Christian Garcin, Marie Cosnay, Céline Curiol, Claro, Carole Zalberg, Bertrand Leclair, Miracle Jones, Cécile Portier, Isabelle Garron, Catherine Dufour et Philippe Aigrain